Actualités

UN DRAPEAU ET UN HYMNE POUR UNE MARTINIQUE FORTE SOLIDAIRE ET RESPONSABLE

KPM S’IMPLIQUE ET APPROUVE

Plaidoyer pour un hymne et un drapeau réellement et puissamment martiniquais. 

La Martinique possède une culture et une identité construites par elle-même, pour elle-même, à partir de diverses cultures.

Il est bon de rappeler que la culture au sens large (non réduite uniquement à l’activité culturelle et artistique comme on a souvent tendance à le faire), est un des 4 piliers supports du développement durable reconnus internationalement (Economie, Social, Environnement, Culture).

Cette culture et cette identité doivent être protégées pour ne pas être mangées et détruites par d’autres cultures et d’autres identités. Il ne s’agit pas d’avoir une posture intégriste mais d’avoir un ‘Poto Mitan’ de rassemblement et de cohésion reconnu par tous et partout, tout en restant ouvert à une connaissance du reste du monde et en même temps permettre au reste du monde de nous connaître et de nous respecter. (Donner et Recevoir).

Au sein de la nation et de la république française, les Martiniquais forment un peuple culturel avec une identité propre. La Martinique est un pays, un territoire qui possède une identité et une culture spécifique qui doivent être reconnues à travers deux symboles : un drapeau territorial et un hymne territorial. Cela ne remet pas en cause le drapeau national et l’hymne national, ni d’ailleurs le drapeau européen et l’hymne européen, et encore moins le drapeau de l’ONU et l’hymne de L’ONU. Nous Martiniquais ne devons avoir aucun complexe, d’autres territoires de la République ont ces symboles (Corse, Bretagne, Pays Basque, Alsace, …etc…) et cela ne choque personne. Il n’est pas nécessaire de se cacher derrière une pudeur maladroite en invoquant une soi-disant reconnaissance sportive et culturelle à l’international. Soyons fiers de posséder un drapeau martiniquais et un hymne martiniquais affichés par tous et partout, et à chaque fois que c’est possible, aux côtés des symboles de la République Française, européens ou mondiaux. Ce drapeau et cet hymne doivent être le fruit d’un large consensus des élus et du peuple martiniquais et doivent être reconnus par les instances gouvernementales de la République Française.

 

KPM S’IMPLIQUE ET DEPLORE

La procédure de choix mise en œuvre par le Conseil Exécutif est contestable. 

Si l’objectif d’avoir un drapeau et un hymne est louable, les motivations, l’approche politique et l’organisation du projet sont critiquables. En effet un drapeau et un hymne doivent être des éléments fédérateurs, rassembleurs et facteurs de cohésion sociétale. A l’évidence la polémique générée par la décision du conseil exécutif de la Collectivité Territoriale montre qu’on est à l’opposé de tout cela. Les différents commentaires et critiques engendrés par cette décision devraient inciter les donneurs d’ordre à faire preuve de sagesse en stoppant la procédure en cours afin d’élaborer une stratégie plus conforme et une organisation plus démocratique.

L’organisation mise en œuvre par le Conseil Exécutif n’offre pas toutes les garanties de transparence, d’équité, de respect démocratique. Cette démarche appelle les observations suivantes :

  • Assimiler la création d’un drapeau et d’un hymne à une création artistique est un mépris de l’histoire, de la culture, de l’identité, et des luttes du peuple martiniquais ; quand bien même ces créations artistiques seraient argumentées par des justificatifs qui peuvent paraître cohérents avec l’œuvre.
  • Créer un drapeau ou un hymne est un acte patriotique fort qui doit susciter la fierté. Pourquoi introduire seulement un aspect mercantile de récompense pécuniaire ?
  • L’assemblée territoriale a été démocratiquement élue par le peuple. Pourquoi est-elle écartée du processus de choix ?
  • Pourquoi au motif de plagiat avoir introduit des éléments discriminants (couleurs, histoire, patrimoine) dans les caractéristiques de ces deux symboles ?
  • Il est louable d’effectuer une présélection par le biais d’une commission. Mais pourquoi ce manque de transparence dans la désignation des membres cette commission ?
  • Le choix des deux symboles doit recueillir un large consensus du peuple. Pourquoi avoir fait le choix d’une consultation par Internet qui n’offre pas toutes les conditions techniques permettant d’éviter les fraudes ?
  • Dans toutes ses étapes l’honnêteté du déroulement du processus doit être garantie.
  • On organise une consultation du peuple, alors que le choix final appartient au seul président du Conseil exécutif. Où est la démocratie ?

 

KPM S’IMPLIQUE ET PROPOSE

Un rattrapage de la procédure en cours est possible. La proposition de KPM est la suivante :

  • Bloquer la procédure en cours et annuler la manifestation grandiose et certainement très coûteuse prévue le 10 Mai 2019, (1300 tee-shirts, 3000 objets publicitaires.,. etc..),

d’autant que cette manifestation objet d’un appel d’offres n’a pas été soumise comme il se doit à l’avis de l’assemblée.

2) Identifier publiquement et clairement les personnes qui composent la commission de présélection.

3) Elargir la présélection au drapeau rouge-vert-noir déjà connu et mis en avant par beaucoup de martiniquais.

4) Rédiger un texte fondateur puissant, cohérent et rassembleur.

5) Faire approuver ce texte en plénière par l’assemblée territoriale.

6) Faire une campagne médiatique pédagogique sur la base du texte fondateur pour accompagner et justifier une consultation d’approbation du peuple pour le choix d’un drapeau martiniquais et d’un hymne martiniquais issus de la présélection. Cette consultation doit s’organiser sur 15 jours au moins et dans des lieux divers afin de l’élargir au plus grand nombre (âge mini des votants : 16 ans). La consultation pourra être classique par bulletin de vote, par vote électronique ou téléphonique. Un huissier devra contrôler la procédure.

7) Présenter les résultats en plénière de l’Assemblée Territoriale. Le procès-verbal de cette plénière sera spécifiquement transmis aux instances locales et nationales.

8)  Récompenser les auteurs par tout moyen approprié, pas seulement pécuniaire.

9) Organiser une grande manifestation populaire de présentation de l’hymne et du drapeau Martiniquais.

10) La nouvelle procédure devra impérativement être soumise à l’avis de l’assemblée.

 

Le choix d’un drapeau et d’un hymne Martiniquais est une décision historique qui marquera l’histoire du pays Martinique.

                               Notre choix c’est le :

Comments (1)

De passage sur une ile de mon pays (La France) je m'aperçois que certains ont des velléité d'indépendance, suite à la découverte de ce drapeau… La Martinique appartient à la France et aux Français… si vous aimez votre ile, et avant d'y chasser les non Martiniquais, commencez par y faire le ménage en la débarrassant de toutes les épaves de voitures qui polluent notre si belle ile… Bien à vous.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

treize − un =

Copyright@2017 Konvèjans Pwogrésis Matinik . By PWC.